Comment te sentir parfaite a 50 ans

Comment te sentir parfaite à 50 ans ?

Comment te sentir parfaite à 50 ans ? Si tu livres bataille avec toi-même, que tu es la reine de l’autocritique, voici ce que tu oublies de voir.

Tu te souviens de ton ado ?

Rappelle-toi. C’était un film d’horreur.

On va dire que c’était ta fille chérie (fille ou garçon, pas tellement d’importance finalement).

​​Seule devant la glace, postée en guerrière et le doigt aussi affûté qu’une lame de couteau, elle pointait, scrutait, détaillait ce qui ne trouvait pas grâce à ses yeux. Se critiquait sans concession.

Livrait bataille avec elle-même.

L’œil aiguisé et impitoyable, elle explorait chaque centimètre carré de son visage et de son corps pour en déceler triomphalement chaque défaut.

De façon cinglante. Durement. Si durement.

Le couperet tombait : nez en patate, bouche trop fine, bourrelet mal placé, jambes trop courtes ou horriiible bouton sur le front…

Elle rêvait de ressembler à quelqu’un d’autre, quelque mannequin ou chanteuse qui représentait son idéal du moment.

Elle se comparait, dévalorisant qui elle était. Comme si elle ne comptait pas, elle, dans toutes ses émouvantes particularités.

Qu’elle ne méritait aucune bienveillance, celle-là même qu’elle accordait pourtant à sa meilleure amie.

Comment pouvait-elle être si aveugle ?

Toi sa mère, tu ne voyais évidemment pas la même chose qu’elle.

Tes yeux caressaient avec amour la fraîcheur de sa peau, ton cœur chavirait de l’éclat ravageur de son sourire et tu adorais l’énergie brillante et candide de ses yeux.

Peu importait le reste, ses imperfections supposées ne t’empêchaient pas de l’aimer follement et de la trouver si délicieuse.

Tu aurais aimé l’espace d’un instant qu’elle ait tes yeux, pour voir ce que tu voyais.​​

Elle était un tout, un tout magnifique et digne de tout l’amour du monde.

Et aujourd’hui te voilà.

​Seule devant ta glace à ton tour, postée en guerrière et le doigt aussi affûté qu’une lame de couteau, tu te scrutes, te détailles, te critiques et te juges sans concession.

L’œil aiguisé et impitoyable, tu explores chaque centimètre carré de ton visage et de ton corps pour en déceler triomphalement chaque défaut.

Ta ride du lion, tes pattes d’oie et tous ces défauts aux noms d’animaux. Tes bras en chauve-souris !

Tu voudrais ressembler à quelqu’un d’autre, ce modèle, cette actrice sublime dont tu crois que l’éclatante et illusoire perfection lui permet de rester aimée malgré les années.

Tu as fait le parallèle et tu vois déjà où je veux en venir, n’est-ce pas ?

La cinquantaine est une sorte de seconde puberté.

Une transition, faite de transformations que tu observes sans concession, en ayant oublié ta bienveillance habituelle. Oui, tu sais, justement celle que tu accordes à ta fille ou à ta meilleure amie.

Comme si tu ne la méritais pas, toi aussi.

Tu “oublies” de voir ton magnifique sourire, la douceur de tes traits qui reflètent ta gentillesse. Tu oublies ta lumière intérieure qui transparaît dans ton regard…

Et pourtant c’est la première chose qu’on voit de toi. C’est pour cela qu’on t’aime.

Ton désir de perfection, l’exigence que tu places en toi t’empêchent d’accepter que tes imperfections font également partie de qui tu es.

Elles te rendent éblouissante, vivante, attachante.

Et unique.

Mon conseil du jour…

Chaque inspiration, chaque souffle est le meilleur moment de ta vie, précieux, délicieux.

Tu es la meilleure amie que tu aies jamais eu : traite-toi avec la tendresse et le respect que tu mérites, parce que personne d’autre que toi ne le mérite davantage.

Un jour, tu repenseras à la jeunesse que tu vis encore sans en avoir conscience en ce moment avec ta cinquantaine, lorsque tu auras atteint à ton tour “le grand âge”.

Et tu regretteras de ne pas en avoir apprécié chaque instant.

Tu es parfaite maintenant.

Sois douce et bienveillante avec toi-même.

Tu es merveilleuse et aimable. Authentique. Toi. Simplement toi.

Et si tu veux rencontrer d’autres femmes parfaites, on t’attend sur notre groupe Facebook Femmes de 50 ans, la communauté souriante. Rejoins-nous 😉

A tout de suite.

Joyeusement !

 

Claire 🧡

Tu ne me connais pas encore ? Faisons connaissance

 

 

 

Cet article a 4 commentaires

  1. Je ne sais pas s’il y a beaucoup d’hommes qui passent par là mais je voulais juste te dire que c’est un très beau texte Claire. Dans ma pratique du Reiki je reçois beaucoup de femmes à qui je suis presque systématiquement amené à dire : ”soyez douce avec vous”. Parfois je lis la surprise ou l’incompréhension dans leurs regards tellement elles ont oublié qu’elles avaient ce droit là. Celui de se prendre dans ses bras 🤗.

  2. Marie Jaaem

    Très bel article que je vais m’empresser de transmettre à maman. Et je vais bien profiter de ma fille de 3 ans avant l’adolescence 🙂 En effet, c’est important de bien vivre avec notre reflet dans le miroir, puis de ne pas accorder trop importance aux détails. Ce sont les petits défauts qui font le charme , n’est ce pas?

  3. Emmanuel Jublin

    Merci pour ce magnifique article
    Ode à l’humain parfait dans son imperfection
    Sans pression et sans jugement de soi

Laisser un commentaire